You are currently viewing Deuil

Deuil

Deuil - les étapes du deuil

Souvent quand on parle de deuil, on pense à la perte d’une personne.
Mais le deuil ce n’est pas que ça, c’est fermer la porte à quelque chose ou à quelqu’un.
Le deuil nous ramène à la blessure d’abandon et à la séparation.
Il faut savoir qu’en moyenne pour faire un deuil il nous faut 1 an.
Nous passons par différente étape :
1. Le choc
2. Le déni
3. La colère
4. Déprime
5. Acceptation

Le deuil nous confronte à plusieurs chose : la peur de ne pas pouvoir faire face à la perte, difficulté à lâcher prise, la blessure d’abandon…

Le deuil c’est aussi faire un choix, comme prendre la décision de changer de travail, de conjoint…
C’est renoncer à quelque chose ou quelqu’un.
Chaque personne réagit différemment en fonction notamment de ses blessures de l’enfance.
Une personne avec une grosse blessure d’abandon, vivra le deuil comme une déchirure.

Nous parlons de deuil dysfonctionnel lorsque la perte n’est pas intégrée au bout d’un an.
La personne peut être encore dans des réactions émotionnelles fortes, l’impossibilité de restructurer sa vie, persistance d’un état dépressif
Il peut y avoir également un deuil passé, nous avons réussi à passer toutes les étapes du deuil mais nous le gardons dans le sac à dos.
Cela peut se manifester par l’impossibilité de faire une nouvelle rencontre, l’impossibilité d’avancer pleinement dans son professionnel… etc

On sait qu’on a fait le deuil définitif quand on est en paix avec la personne, le travail… et qu’on est dans l’acceptation de la situation. Faire son deuil ce n’est en soi que reprendre vie ou reprendre gout à la vie une fois la perte.
Vous pouvez vous accompagner de pierres pour les phases de deuil tel que la citrine, l’onyx, la lépidolite, la rodhocrosite…
En kinésiologie, je peux vous accompagner à surmonter les étapes du deuil.
Lors d’une séance kinésiologie, nous pouvons travailler sur la blessure d’abandon ou la séparation afin d’atténuer la souffrance, l’acceptation…
Mais aussi, nous pouvons travailler sur un deuil passé ou dysfonctionnel.

PS. La kinésiologie n’établit pas de diagnostic médical, ni ne demande de suspendre un traitement. 
La kinésiologie est un complément de la médecine mais ne s’y substitue pas.

Laisser un commentaire